La vie et rien d’autre (1989) 8/10 Noiret, Azéma, Tavernier

L’avis sur le film est ici : Avis: Noiret, Azéma, Tavernier, La vie et rien d’autre, soldat inconnu 8/10

Le « camarade Tavernier » est un pur, il ne choisit pas ses titres pour des raisons commerciales. Il est au dessus de cela. Et donc il faut prendre ce La vie et rien d’autre pour un slogan.

On assiste ici à un parcours difficile, qui vise à réduire l’anonymat de l’armée des ombres. Noiret est l’officier qui a été chargé d’accomplir cette mission. Déjà deux ans ont passé et pourtant il y aurait encore 350.000 disparus non localisées et/ou non identifiés. Il fait de son mieux. C’est un bourreau de travail et un satané obstiné.

Celui qui organise les recherches, travaille sur des données et des chiffres en permanence, se trouve confronté à deux gros problèmes.

D’abord il y a cette nécessaire désignation du soldat inconnu. Voilà une affaire qu’on a envisagé en haut lieu dès 1916, mais qui doit subitement arriver à une conclusion. Le choix doit être fait dans les jours qui viennent.

Il n’aime pas cette précipitation qui signerait l’arrêt de mort (hum) de ces recherches.

L’arrivée sur le terrain de la pétulante Sabine Azéma est une autre pierre dans son champ (d’honneur?). Cette grande bourgeoise passe dans toutes les administrations, dans tous les hôpitaux militaires, pour tenter de faire aboutir le dossier de son cher disparu. On a quelques traces et quelques témoignages qui permettent de circonscrire le champ d’investigation. Cela se resserre encore et elle arrive maintenant sur le territoire de Noiret.

Au début on peut croire que ce n’est qu’une recherche, fort légitime, à connotation sentimentale et sincère.

Mais c’est sans compter avec sa belle famille, dont de grands industriels, qui réclame des clarifications. Ces notables font pistonner ce combat par des personnages de tous premiers plans. On est là au niveau ministériel. Ils ont une arrière pensée. Ils veulent remettre rapidement leur production en route en réglant ce blocage de succession, lié à l’incertitude du sort de cet homme.

Cette insistance, cette demande de passe-droit, agacent fortement notre Noiret. Il jette à la figure de la belle qu’il ne peut lui accorder que 1/350.000ème de son attention. Le climat se tend sévèrement.

Cependant Noiret n’est pas insensible aux charmes certains de notre actrice. Et l’inverse est vrai.

  • Transposez svp vous-mêmes en équivalents personnages joués, car il ne s’agit bien entendu pas d’attirance hors champ de la caméra. En tout cas pas à ma connaissance.

Dans ce couple potentiel, il y a la raison et la passion. Philippe tend à privilégier le premier terme alors que Sabine finit par obliquer sérieusement vers le second. Il pourrait y avoir un terrain d’entente cordiale, mais l’histoire remet cela à bien plus tard.

Cette danse amoureuse, qui les rapprochent et qui les éloignent, donne lieu à des somptueux échanges. On n’est pas chez n’importe qui là. La dernière lettre lue par Noiret est tout bonnement magnifique.

  • Le dialoguiste Jean Cosmos a également participé à l’autre beau film de guerre de Tavernier, le Capitaine Conan.

Revenons sur terre… et sous terre.

Noiret découvre par des recoupements, que le mari d’Azéma, sans doute défunt, avait jeté son dévolu sur une autre femme, avant le conflit mondial. Et là, il a sur les bras, dans les même lieu circonscrit de recherche, deux présumées veuves, également éplorées, pour un seul gars.

D’abord bien sûr, il y a la légitime Sabine, mais qui sentait bien au fond d’elle même, que ce n’était plus comme avant.

Et puis il y a cette charmante jeunesse, qui spéculait sur un possible mariage avec cet homme idéal.

Les deux se lient d’amitié sans comprendre qu’elles sont sur la même piste. Il s’en est fallu de peu.

Noiret administrera un remède de cheval à la plus jeune en montrant l’alliance retrouvée. Ce n’était pas le célibataire qu’elle espérait. Mais il ne trahira pas le secret du double jeu de ce personnage.

Il taira aussi la chose à la femme qu’il convoite tant.

– – –

L’avis sur le film est ici : Avis: Noiret, Azéma, Tavernier, La vie et rien d’autre, soldat inconnu 8/10

Noiret et Azéma sont tout bonnement parfaits.

Tavernier c’est désormais la mort et rien d’autre (25 mars 2021)

https://fr.wikipedia.org/wiki/La_Vie_et_rien_d%27autre

Azéma

Envoi
User Review
0% (0 votes)

Laisser un commentaire