Les disparues (2003) 4/10 Cate Blanchett

(The Missing)

Promenade à la fête foraine.

Un western prétendument moderne, au déroulement convenu et sans surprise. On baillerait presque, tellement on peut deviner à chaque moment, ce qui va se passer à la prochaine séquence.

Des adolescentes et des jeunes femmes, sont kidnappées pour être revendues. Les criminels endurcis s’accrochent à leur trésor. Cette chair fraîche peut se négocier très cher, si on arrive à passer la frontière.

Mais une maman indomptable va partir récupérer son bien. Un road movie à cheval.

C’est l’intéressante Cate Blanchett qui s’y colle.

  • Une actrice impressionnante, mais qui s’est vraiment fourvoyée là, dans ce gros navet « alimentaire ».

Elle est en froid avec son père, une rupture totale. Mais ce dernier serait quand même bien utile. Il a vécu comme un sauvage avec les sauvages, au point de passer lui-même pour un Indien. Et c’est vrai qu’il n’en faut pas beaucoup au vieux Tommy Lee Jones, avec son physique étrange, pour rentrer dans ce rôle. C’est le sauveur incompris.

La petite Evan Rachel Wood n’est qu’une des oies blanches prises dans les filets.

Dès le début, on devine sans difficultés, que toutes les jeunes captives seront sauvées, que les méchants seront tous cruellement châtiés, que l’héroïne principale parviendra à ses fins, et que le père coupable aura sa rédemption. Mais bien entendu, atteint par le limite d’âge, il mourra, dès qu’il aura fini le job.

Les bagarres sont d’une violence extrême, dont le « too much » finit par faire sourire.… On en a rajouté des tonnes. Après tout, c’est un spectacle de foire.

Malgré cette débauche de brutalité, de sang, de mutilations, de cadavres, on s’ennuie ferme. Le seul intérêt du film devenant, mais jusqu’à où oseront-ils mener ce grand guignol.

Un morne scénario, que personne ne peut prendre au sérieux. Et donc, pour tenter de sauver le coup, on multiplie les « attractions ».

On assiste bien sûr à des jeux de tir divers et variés. On ne compte plus les concours de force. La réalisation enchaîne les manèges à sensations et les parcours scéniques. Il y aussi des monstres, comme ce chef indien patibulaire et grêlé.

On y trouve même des illusionnistes, des magiciens et des rebouteux. La pensée magique intervient à plusieurs reprises, qu’elle soit indienne ou chrétienne. Tant pour sauver un guérisseur lui-même malade, que pour fournir d’imparables présages. Et bien entendu, ça marche ! C’est bon pour les gogos des deux côtés de l’écran.

Puisqu’on est dans le folklore criard des baraques foraines, on rajoute le lot habituel d’indieuseries. Dont les classiques imprécations au soleil, avec toutes les onomatopées des Indiens de cinéma.

Il ne manque plus que la barbe à papa.

Pensant bien faire, on brouille les cartes, de manière on ne peut plus artificielle. On retrouve des Indiens qui ne sont pas des Indiens, des tuniques bleues qui ne sont pas de bons blancs et qui finalement, en tant que déserteurs, ne sont plus de vraies tuniques bleues non plus. Et si cela ne suffisait pas, on peut compter aussi sur les regroupements de malfrats cosmopolites avec toutes les nuances du blanc au rouge.

Pour tenter de faire le buzz, on a obligé les uns et les autres à parler réellement apache. La belle affaire !

Long et médiocre – Il existe même une version de 154 min ! Pitié !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Disparues

Tommy Lee Jones
Cate Blanchett
Evan Rachel Wood
Jenna Boyd
Aaron Eckhart
Val Kilmer

Les disparues (2003) 4/10 Cate Blanchett
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire