The Hit, le tueur était presque parfait, Les Nouveaux Tueurs (1984) 6/10

Pas mal de titres, pour un film qui ne mérite peut être pas tant de coups de projecteurs.

Je n’aime pas trop le réalisateur Stephen Frears. Et pourtant il y a ici ou là, quelques éléments qui ne manquent pas d’intérêt.

D’emblée, sans qu’on s’y attende, ce vieux thriller nous balance un générique musical fait par Eric Clapton et Roger Waters. Etonnant ! Mais il faut dire que l’acteur principal est le frère du manager des Who. Et ce Chris Stamp aurait eu aussi à s’occuper de Jimi Hendrix. Ça peut aider les relations.

Et tout au long du film, le grand guitariste Paco de Lucía nous gratifie d’excellents « flamencos nuevos ». Pas de quoi bouder.

Et puis, il y a cette belle brochette d’acteurs.

En premier lieu Terence Stamp, le bandit repenti au sourire énigmatique. Depuis dix ans, il se planque en Espagne pour échapper à la vengeance de ses anciens complices. Il les a lâchement trahi et ils ont juré de l’assassiner.

Mais en fait, maintenant, il est devenu philosophe et s’attend à ce qui doit lui arriver. Il a réussi à imprimer dans sa tête que la mort n’était que le passage d’un état à un autre. Et qu’hormis ces quelques secondes douloureuses, rien ne change vraiment. C’est son avis.

  • Terence Stamp est l’acteur principal et très inspiré, de Théorème de Pasolini (1968). Il joue aussi cet alcoolique délirant, qui roule comme un fou en Ferrari, dans ce sketch génial de Fellini « Ne pariez pas votre tête avec le Diable » (1968).

John Hurt incarne un bandit obstiné qui est chargé de récupérer Terence. C’est le sang froid absolu, voire la morgue. Il calcule les situations autant qu’il peut et finit par se résoudre à éliminer celui qui doit l’être et tous les témoins.

  • Sa filmographie est riche. Mais il faut dire qu’il se cantonne souvent dans les seconds rôles.

Tim Roth le seconde, mais il débute dans le métier. Il a ce qu’il faut de courage et de violence, mais il est trop impulsif.

C’est marrant de voir son jeu en herbe. Là, en jeune blond foufou et indiscipliné, lui qui sera par la suite, tout au long de sa carrière, plutôt un gars excentrique mais relativement posé. Il s’est bonifié avec l’âge.

  • On le connaît bien sûr dans Reservoir Dogs (1992) et Pulp Fiction (1994) de Quentin Tarantino. Sa filmographie est vraiment fournie. Il continue à être sur le pont.

Le bon vieux Bill Hunter joue une fripouille qui se trouve au mauvais endroit, au mauvais moment. Ce brigand assez repoussant se tape la jeune et jolie Laura del Sol.

Cette petite indocile lui a raconté qu’elle avait moins de 16 ans, alors qu’elle en a vraiment plus (et 26 en réalité). Cette petite sauvageonne met la pagaille dans tout cela.

Le bien connu Fernando Rey incarne le policier qui tente de retrouver les uns et les autres.

S’en suit un road movie qui n’a pas du totalement déplaire à Tarantino. Même si cela ne lui n’arrive pas à la cheville.

C’est fait par le très discutable Stephen Frears. Un réalisateur qui utilise la violence larga manu. Il sait que cela plaît au public. Je n’aime pas cette facilité.

C’est aussi un voile de fumée. Un cache misère pour des scénarios pas trop passionnants.

https://fr.wikipedia.org/wiki/The_Hit_(film,_1984)

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire