Long Nights Short Mornings (2016) 7/10 road-sex-movie

Un film classé dans les « romantiques » mais qui traite de manière assez crue les multiples relations « amoureuses » d’un jeune homme new-yorkais.

Une sorte de déclinaison de « possibles » à travers de nombreuses femmes aux désirs et aspirations multiples. Toujours en mouvement. On pourrait dire un « road-sex-movie ».

Le personnage principal, l’acteur Shiloh Fernandez est trentenaire et collectionne les jolies conquêtes. Ou plutôt, il passe de l’une à l’autre au fur et à mesure de ses coups de chances et revers de fortune. Il semble à l’initiative mais en fait il est charrié par le courant.

Shiloh Fernandez est à la fois agaçant et non dénué de charme. Il fait le job dans ce film « réaliste ». Et on se laisse apprivoiser, au fur et à mesure.

Mais l’intérêt est aussi la multiplicité de ces personnages féminins et des situations. Avec une certaine densité psychologique pour chacune. Il y a du travail de scénariste là derrière.

Bien que le film tende à montrer une certaine amoralité, la fin est morale puisque le héros s’en fuit, pour ainsi dire « vidé » par ses errances sentimentales. Mais c’est une convention cinématographique. Cette toute dernière minute aurait pu tout simplement ne pas exister. Et le « héro » aurait continuer son chemin vers la quarantaine.

A déplorer une fois de plus, ces abus d’alcool dans ces films US. Ce qui fera ringard d’ici quelques années. Quand la drague ne se fera définitivement plus dans les boites.

https://en.wikipedia.org/wiki/Long_Nights_Short_Mornings

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire