Marie-Chantal contre Dr Kha (2/10) Chabrol et le coussin péteur

C’est faire injure à Marie Laforêt que d’essayer de nous faire croire qu’elle pourrait être une « Marie-Chantal ». Elle n’a pas les défauts qu’on prête à ce curieux concept, inventé par le sautillant clown mondain Jacques Chazot.

La « Marie-Chantal » serait une belle et riche frivole, profondément snob, qui ne pense qu’à dépenser et qui ne soucie absolument pas de la plupart de ses semblables. Cette tête de linotte n’écoute que les ragots du gratin. Cette poule assistée va où le vent des puissants la mène.

Chabrol réussit à renouveler ses escapades cinématographiques d’une bien curieuse manière. Là où un Kubrick ou un Fellini change courageusement de cap pour mieux véhiculer un nouveau message profond, notre Chabrol, à chaque nouvelle tentative, s’embourbe dans des films paresseux et consternants.

  • En 1963 Blake Edwards ouvre la grande porte parodique avec sa fameuse Panthère rose.
  • En 1965 Chabrol nous lance à la figure cette déplorable Panthère bleue. Humour potache ?
  • En 1962 autre coup de tonnerre avec James Bond 007 contre Dr No
  • En 1965 Chabrol agit le Dr Kha. Récidive comique, façon coussin péteur ?

Chabrol n’a rien compris à ce qu’est le cinéma parodique. En matière d’humour, il en est encore aux faux-nez, au poil à gratter et aux jets de tartes à la crème.

Plus la distribution d’un mauvais film est de qualité, plus grand est le désastre !

https://fr.wikipedia.org/wiki/Marie-Chantal_contre_Dr_Kha

Que dire de plus !

Un film à oublier et bien heureusement oublié… C’est même trop prétentieux pour le mettre dans la catégorie, parfois recherchée, du Kitsch.

Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire