Avis. Les Grands espaces – film Peck Wyler, western mulhousien – Résumé. (1958) 7/10

A Mulhouse ce ne sont pas les Wyler, Marx, Dreyfus, Keller qui manquent. J’ai même eu des camarades avec ces noms de famille là.

Mais saviez vous que ce sont aussi des noms de personnes célèbres, issues de cette ville alsacienne ?

William Wyler le réalisateur est né à Mulhouse.

La famille des Marx Brothers a émigré aux USA, mais venait de là aussi.

Le fameux Dreyfus de l’Affaire éponyme ne peut renier sa naissance dans cette ville.

On attribue 150 victimes à ce tueur en série Yvan Keller, un contemporain bien de chez nous, qui s’est défilé en se suicidant avant le procès.

Le réalisateur de Ben-Hur s’est essayé un an avant dans une autre grande épopée pleine de bons sentiments avec ce film de cowboys.

Jadis Charlton Heston y aura le rôle éponyme, Judah Ben-Hur, ici il est encore dans une fonction bien subalterne. Il incarne une sorte de serviteur.

Et pour cause, Gregory Peck, qui est lui en tête d’affiche coproduit le film avec William Wyler. Comme il amène des dollars, on doit le remercier.

A part cela ? Eh bien c’est une histoire de Gregory Peck en homme équilibré et paisible qui fuit le combat autant que possible. D’aucuns le penseront lâche et d’autres le verront diplomate et prudent.

Le grand propriétaire qui l’accueille est favorable à ce qu’il marrie sa fille, mais il voudrait aussi qu’il « épouse » sa cause, dans un conflit avec un propriétaire plus modeste et semble-t-il moins civilisé. Surtout que notre Gregory, pourtant ancien militaire, s’est laissé bousculé par cet autre clan sans broncher.

En réalité, il s’agit d’une vendetta où tous les coups sont permis. Grégory sera bien obligé de donner des coups dans cette querelle à mort qui n’est pas la sienne. Mais les deux bords opposés finiront par respecter sa neutralité.

Par contre cela se terminera mal pour les deux caciques. Zéro à zéro pour les terrains + plusieurs cercueils. Comme ça ils nous fichent la paix.

En parallèle Jean Simmons l’emportera sur Carroll Baker. Le prix de cette autre rivalité étant un Gregory Peck tout frétillant.

C’est évidemment une trame assez simple et développée fort longuement. Il y a des bons et des mauvais sentiments, du code de l’honneur et des coups bas, des bravades devant les filles comme chez les collégiens, un peu de Shakespeare et du Corneille aussi. La ficelle étant que les gentils ne sont pas ceux qui sont les plus mondains… et que les grandes propriétés ne font pas toujours le bonheur. Ce jugement « modeste » est peut être nouveau outre atlantique, mais ici à Mulhouse on sait bien cela.

Et dans ce combat des valeurs, du bien contre le mal, on est frappé par un certain côté Autant en emporte le vent.

https://en.wikipedia.org/wiki/Ben-Hur_(1959_film)

https://fr.wikipedia.org/wiki/Les_Grands_Espaces

Avis. Les Grands espaces – film Peck Wyler, western mulhousien – Résumé. (1958) 7/10
Envoi
User Review
0 (0 votes)

Laisser un commentaire