Gérard Miller. Hypocrite libertaire, emprise et consentement, allégeance woke. 8/10

Temps de lecture : 3 minutes

Ce Gérard Miller, dont 99,99 % des Français se contrefichent, est accusé d’agressions sexuelles et/ou de comportements inappropriés.

Et contrairement aux furies #MeToo, nous ne sommes pas là pour juger ces allégations, ou pour postuler un a priori de culpabilité. C’est très banalement une affaire de justice, qui doit reposer sur des preuves solides.

***

Comble de l’hypocrisie, Gérard Miller n’assume les faits indubitables, que par les biais dus à sa position de pouvoir, et non pas par le “mal” en soi. Il regrette “un peu” que par sa notoriété, il ait été en mesure de séduire davantage de femmes qu’un simple quidam. Ce en quoi, je ne vois pas ce qu’il y a de condamnable. De tout temps, il y a eu des femmes comme cela et des hommes qui sont leur cible ; et inversement. Mais le stratège en communication, tente de désamorcer la chose, dans nos médias, en faisant allégeance au maccarthysme féministe woke.

Ce charlatan des mots, exprime sa repentance ainsi : il n’a pas mesuré à l’époque le côté “rédhibitoire” de la “dissymétrie”, qui existait entre lui, un “homme de pouvoir”, et ces femmes “plus jeunes”. Aujourd’hui il se “conduirait, sans aucun doute, à agir autrement”.

Et il pleurniche a posteriori sur le sort de ces femmes.

Pourtant, à moins d’être un vrai porc, il ne pouvait pas avoir eu des rapports sexuels, qui n’auraient profité qu’à lui et pour lesquels il ne se serait pas soucié de la satisfaction de ses partenaires.

Mais en affirmantne pas mettre en doute un instant l’émotion, la colère et la souffrance” de ces femmes ; il se met en mauvaise position (porc ci-dessus). Le fait de n’avoir “jamais contraint personne”, comme il le prétend, ne change pas grand-chose à ce qui précède. En plus cela contredit ce qu’il vient à peine de dire.

On est globalement dans ce fameux piège de l’emprise. A force de tirer le concept au-delà du raisonnable, on finit par condamner toute relation dissymétrique ou la plus simple des « inégalités ». Le vieux beau avec la belle jeune femme, mais aussi le riche avec la pauvre et bientôt le mâle blanc avec une femme de couleur (sur l’air de la culpabilité coloniale). On peut continuer à l’infini.

Dix femmes seraient à ses trousses, dont trois mineures. Et ce dernier point pose problème. A partir d’un certain âge, le consentement ou l’absence de consentement des mineures est une chose bien plus délicate à établir.

Je ne dois pas être le seul à avoir une antipathie profonde pour ce personnage m’as-tu-vu. Et ça ne date pas d’hier. Ces derniers propos calamiteux font le reste. Des usurpateurs de notoriété comme lui, j’en ai croisé des tas. Et ça fait du bien de temps en temps de leur dire leur fait.

Bien sûr je le cite. On pourrait prendre ça pour une attaque ad hominem. Mais à travers lui, c’est tout un système que je critique. Celui qui laisse la part belle à ses bluffeurs. Le plus à blâmer, sont ceux qui les encensent et que nous les imposent. En particulier ce service public qui ne rend pas service.

Mais une fois de plus c’est rescapé libertaire 68uitard se retrouve coincé par le maccarthysme woke. Ainsi ils ont trouvé plus donneurs de leçons qu’eux. À ce jeu de surenchère moraliste on est toujours perdant.

Il n’est pas étonnant que ces clowns médiatiques se battent bec et ongles pour conserver leur privilège, dû à leur surexposition.

Et si vous les contestez, en particulier sur la psychanalyse, ils chercheront à vous faire passer pour un fou. Exactement comme lorsqu’on mettait en cause les dogmes staliniens ! Gérard Miller, Mélenchon, même combat. CQFD.

***

Voilà donc un psychanalyste qui coche toutes les cases. Cet homme est particulièrement typique de certaines dérives.

Ce point est exposé ici : Gérard Miller, Mélenchon, Lacan, terrorisme intellectuel. Psychanalyse pseudo-science.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mouvement_MeToo

https://fr.wikipedia.org/wiki/Psychanalyse

https://fr.wikipedia.org/wiki/Critiques_de_la_psychanalyse

https://www.cairn.info/revue-le-journal-des-psychologues-2011-8-page-54.htm

Envoi
User Review
0% (0 votes)

Laisser un commentaire